2011 – Pas de trois

oeuvregdPas de trois, céramique et acier, environ 30 h x 25 cm x 3

Oeuvre acquise par le Fond Départemental d’Art Contemporain de la Dordogne en 2011

A propos de l’oeuvre

Ces trois chaussures véhiculent à la fois la fragilité, par le travail de la céramique, et la solidité dans l’ancrage au sol par l’utilisation des clous en guise de talons. Le travail d’assemblage des matières est ici spécifique : Lydie Clergerie travaille par des pressions, des mouvements qu’elle va donner à la terre, acceptant et recherchant la part d’aléatoire, sans croquis préalable.

Elle fait ensuite des patines avec des oxydes de fer noirs ou rouges. « Pas de trois évoque l’action du déplacement, du cheminement, de l’errance, et interroge sur la question du lieu : où est-ce que je vais ? Est-ce que je reste ici ou bien je vais ailleurs ?

Il représente les étapes différentes et successives où se mêlent les périodes de repli sur soi, d’inertie, et les périodes d’avancées, d’évolution dans une dynamique du déplacement.

Ces souliers sont fragiles, en équilibre, à la recherche d’un lieu. Dans son ouvrage Errance, Raymond Depardon évoque la quête du lieu acceptable, pour devenir, après déambulation, la quête du moi acceptable. Pas de trois est le début d’un voyage, à la recherche de ce lieu acceptable. ».